vendredi 30 juin 2017

Le Roi de Fer de Maurice Druon - Les Rois Maudits, tome 1


"Un tronc entier, couché sur un lit de braises incandescentes, flambait dans la cheminée."
Le Roi de fer, premier volume du cycle, a pour figure centrale Philippe IV le Bel, roi d'une beauté légendaire qui régnait sur la France en maître absolu. Tout devait s'incliner, plier ou rompre devant l'autorité royale. Mais l'idée nationale logeait dans la tête de ce prince calme et cruel pour qui la raison d'Etat dominait toutes les autres.
Sous son règne, la France était grande et les Français malheureux.
Les Rois Maudits est l'une des fresques historiques les plus enthousiasmantes, les mieux écrites, que j'ai lues jusqu'ici, avec Fortune de France de Robert Merle ! Le Roi de Fer, qui jette les bases de la saga, est un roman brillantissime, qui nous immerge totalement au temps du roi Philippe le Bel, durant la dernière année de son règne, en 1314, laquelle clôt sept années passées à abattre le puissant Ordre des Chevaliers du Temple, dernier pouvoir à lui tenir tête. Jacques de Molay, le Grand Maître, vient enfin d'avouer sous la torture toutes les infamies imputées à sa milice.
Maurice Druon prend pour point de départ à son heptalogie la légende selon laquelle Jacques de Molay aurait lancé une malédiction au moment de son exécution à l'encontre de ceux qui ont œuvré à sa chute, ainsi qu'à l'encontre de leurs héritiers. On ne peut oublier la fameuse scène du bûcher d'où le vieil homme, possédé par une colère enragée, prononce à travers les flammes qui le ravagent ces paroles saisissantes :

« Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races ! »
(page 113)

Deux autres fils conducteurs viennent interagir avec l'intrigue principale, voire l'influencer : la rivalité pour la succession d’Artois entre Mahaut d’Artois et son neveu Robert d’Artois et l’idylle amoureuse entre le banquier Guccio Baglioni et la noble Marie de Cressay (même si pour l'instant, cette dernière intrigue ne semble pas interférer avec l'Histoire, mais patience, les pièces du puzzle se mettent doucement en place !^^).

L'auteur réussit l'exploit de brosser toute une galerie de personnages historiques au caractère varié très crédibles : le roi Philippe, majestueux et implacable, son frère Valois vaniteux et brouillon, ses fils aînés et puînés fades et médiocres, les serviteurs de la Couronne Marigny et Nogaret loyaux mais plus royalistes que le roi lui-même, son cousin Artois truculent et revanchard, sa tante Artois calculatrice et autoritaire, Tolomei le banquier siennois rusé et opportuniste... D'ailleurs, peut-être que cette profusion de protagonistes pourra gêner au début le lecteur qui découvre seulement ce pan de notre histoire, et qu'il aura besoin d'un certain temps avant d'assimiler les identités et les intérêts privés de chacun. Car deux clans gravitent, complotent et intriguent autour du roi : d'un côté le parti des légistes et des tenants d'un état réformateur regroupant Marigny, Nogaret, Philippe de Poitiers, fils cadet du roi, Louis d'Evreux demi-frère du roi ; et de l'autre côté le parti des barons, favorables au retour d'un système politique traditionnel et féodal réuni autour de Charles de Valois, Louis de Navarre et Charles de Bigorre fils du roi, et Robert d'Artois.

On sent que Maurice Druon s'est beaucoup documenté,  non seulement sur la situation géopolitique de la France médiévale mais également sur la vie quotidienne de ses habitants (armement, nourriture, hygiène, vêtements, éclairage, système de chauffage...), si bien que l'on se sent complètement immergé dans l'histoire. Cette documentation n'est jamais pesante mais se fond au contraire très naturellement au récit dans lequel aucun détail n'est négligé, jusqu'au vocabulaire de vieux français.

Malgré les drames humains qui se jouent (la chute des Templiers, la chute des trois brus du roi provoquée par Robert d'Artois pour récupérer son comté, les malheurs conjugaux de la reine d'Angleterre), certaines scènes et certains dialogues sont vraiment très drôles : par exemple, la scène du conseil où le roi ne cesse de rabrouer son héritier d'un sec «Taisez-vous, Louis !» suite à ses interventions toutes plus idiotes les unes que les autres ou la scène entre Mahaut et Robert d'Artois, accouru lui annoncer l'arrestation de ses filles et de sa nièce.

- ... je veux qu'elle [Mahaut] aide à sa ruine en allant braire devant le roi, et je veux qu'elle en crève de dépit.
Lormet baîlla un bon coup.
- Elle crèvera, Monseigneur, elle crèvera, soyez-en sûr, vous faites bien tout ce qu'il faut pour cela.
(page 201)

Chaque phrase, chaque mot fait mouche. L'auteur sait comme personne renvoyer ses personnages vers la médiocrité, la vanité ou la solitude de leur vie en une formule définitive.
Les portraits qu'il brosse sont criants de vérité. Ainsi, Philippe le Bel est décrit comme un roi dur et majestueux, insensible à l'amour, même filial ; et pourtant, il souffre parfois de cette distance qu'il a lui-même instaurée. Mais pour la grandeur de l'Etat, il a renoncé à tout bonheur personnel !
Les personnages échappent à tout manichéisme, et même parmi les plus cruels ou les plus retors, il y a quelque chose en eux qui nous touche ou nous empêche de totalement les vouer aux gémonies.
Ainsi, Marguerite de Navarre, qui tondue et revêtue de sa robe de bure, trouve encore la force de répondre crânement à sa belle-sœur :

«Moi, si je n'ai pas eu le bonheur, au moins j'ai eu le plaisir, qui vaut toutes les couronnes du monde, et je ne regrette rien !»
(page 226)
On ressent toutes les émotions, tous les doutes, toutes les envies rentrées ou sursauts d'orgueil des personnages, tant les mots utilisés par l'auteur sont justes et précis.
Bref, un véritable régal !

En bref :

Les + : un contexte historique extrêmement bien resitué et exploité ; des personnages réalistes et captivants ; un style efficace et des dialogues savoureux
Les - : aucun à mes yeux
 "Frère Renaud s'approcha pour lui fermer les yeux. Mais  les paupières qui n'avaient jamais battu se relevèrent d'elles-mêmes. Par deux fois, le grand inquisiteur essaya vainement de les abaisser. On dut couvrir d'un bandeau le regard de ce monarque qui entrait les yeux ouverts dans l'Eternité."
(sources : Wikipédia)

Maurice Druon, né le à Paris et mort le , est un écrivain et homme politique français. Maurice Druon s'engage dans la Résistance et rejoint Londres en janvier 1943. Attaché au programme « Honneur et Patrie » de la BBC, il écrit alors avec son oncle Joseph Kessel les paroles du Chant des Partisans, que met en musique Anna Marly.
Après la guerre, il devient un homme de lettres à succès avec Les Grandes Familles (Prix Goncourt 1948) et surtout la saga des Rois maudits, roman historique en sept tomes publiés entre 1955 et 1977 et que l'adaptation télévisée fera connaître à un très large public. Il est élu à l'Académie française en 1966 à quarante-huit ans, et en devient le secrétaire perpétuel de 1985 à 1999. Il a écrit d'autres œuvres — comme Tistou les pouces verts, en 1957, un conte pour la jeunesse —, mais aussi des pièces de théâtre et des essais.
Gaulliste et engagé dans l'action politique, Maurice Druon a été ministre des Affaires culturelles en 1973-74.

 
Ma 79ème participation au challenge de Lynnae - Philippe le Bel et ses fils et moult personnages historiques
Challenge Moyen-Âge par hérisson
Ma 22ème participation au challenge d'Hérisson -

https://parthenia27.blogspot.fr/2016/12/challenge-des-12-themes-organise-par.html
Challenge organisé par A-Little-Bit-Dramatic (5/12)
Challenge "Un classique par mois"
Challenge organisé par Pr Platypus (3/12)

http://www.livraddict.com/biblio/livre/l-enchanteur-1.html
 babelio
https://booknode.com/l_enchanteur_015479



6 commentaires:

  1. Un classique que je n'ai pas encore lu !! Il faut y remédier. Par contre j'ai vu la série télé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que cette saga te plaira beaucoup !!
      Sinon, tu as vu quelle série ? celle d 1972 ou celle de 2005 ?

      Supprimer
  2. Il faut vraiment, vraiment que je lise cette série !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il le faut. Vraiment. Mon chéri, qui ne lit pas du tout les mêmes livres que moi (il lit des polars), s'y est attelé pour me faire plaisir... et il ne l'a plus lâchée, enchanté par sa lecture !! Donc, fonce !! ;)

      Supprimer
  3. Je suis fan de cette saga et tu me donnes envie de la relire ! ! ;) Je n'étais pas alors une lectrice aussi assidue que je le suis maintenant mais je me souviens avoir adoré, du début à la fin ! Le dernier tome est un peu particulier et m'avait peut-être un peu moins parlé mais, dans l'ensemble, Les Rois Maudits, c'est une saga historique magistrale avec, certes, beaucoup de libertés prises avec l'Histoire, des entorses et quelques faits imaginaires, mais tellement captivante ! Moi aussi j'avais beaucoup aimé le style... je trouve qu'il n'y a rien à jeter dans ces romans. Bien évidemment à condition de ne pas tout prendre pour argent comptant... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais combien je peux me montrer pinailleuse avec les inexactitudes historiques, mais là, la qualité de l'écriture, la cohérence narrative, me font tout oublier... Et puis, le contexte politique est respecté, même s'il s'autorise quelque fantaisie scénaristique !! ;)
      Contrairement à toi, je m'étais arrêté au dernier tome (je l'avais bien commencé, mais comme tu l'écris, sa particularité m'avait tellement déroutée que j'avais abandonné ma lecture en croyant la reprendre plus tard... cela fait 20 ans qu'elle m'attend !!^^). J'espère aller jusqu'au bout cette fois-ci !

      Supprimer