lundi 31 octobre 2016

La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon - Les Dames de Riprole, tome 1

Merci à
Livraddict
et à
La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon - Les Dames de Riprole, tome 1
pour ce partenariat !
"Le front appuyé contre les petits carreaux sertis de plomb de la fenêtre à meneaux, Isabelle regardait dans la cour." 
En l'an de grâce 1416, Isabelle, sœur désargentée du ténébreux Arnault de Riprole, prend la route pour rejoindre le château de son fiancé. Sujette à une guerre endémique, la campagne normande est peu sûre et le charroi se fait attaquer. Sauvagement molestée, Isabelle est secourue par Tristan, un chevalier errant. Reconnaissante, elle demande à son frère d'accueillir ce dernier au château, pour qu'il y passe l'hiver avec son écuyer. Le fief est pauvre et la vie s'organise entre les mystérieux déplacements d'Arnault et la passion de Béranger pour la musique. Découvrant peu à peu les blessures qui marquent cette famille, Tristan se sent l'obligation de veiller sur Isabelle.
Moi qui suis friande de romans historiques se déroulant au Moyen-Âge, je ne pouvais passer à côté de cet ouvrage !
Vu que c'est une romance, j'avais un peu peur que le contexte historique ne soit qu'un prétexte et que l'histoire soit traitée de manière superficielle voire incohérente (comme il m'est si souvent advenu d'en lire, hélas), mais j'ai été très agréablement surprise par la qualité de l'intrigue et les efforts déployés par l'auteure pour nous immerger dans cette période de la Guerre de Cent ans (même si j'ai remarqué une ou deux facilités narratives notamment concernant l'agression d'Isabelle qui aurait pu être évitée... ^^) !

Les personnages sont tous attachants et très différents dans leur comportement ou leurs motivations : la douce Isabelle, tellement attachée à son sens du devoir qu'elle est prête à se sacrifier pour sa famille, le ténébreux Arnault, son frère aîné, revenu de la guerre profondément modifié et brutal, et qu'elle ne reconnaît plus, le sensible Béranger, dernier né de la famille qui ne rêve que de devenir ménestrel au grand dam de son frère... Thierry, l'écuyer du sauveur d'Isabelle, loyal et impétueux... et puis son maître, l'insaisissable chevalier Tristan de Mortrans dont le secret est bien intrigant.  Je n'avais qu'une hâte : en savoir plus à ce sujet, et je me suis surprise à guetter impatiemment chaque indice. J'ai d'ailleurs eu deux thèses à ce propos, dont l'une d'elle s'est avérée la bonne !!

Si j’ai adoré la 1ère moitié du livre, j'ai ensuite trouvé que tout s’enchaînait un peu trop rapidement alors que l’auteure avait jusque là pris son temps pour poser l’histoire et les personnages… tout se précipite en fait après la révélation du secret de Tristan... J'aurais mis une appréciation plus élevée avant d'en arriver à cette dernière partie, résolue de manière un peu trop expéditive, et souffrant parfois de passages un peu trop mièvres alors que les débuts avaient été un véritable enchantement .

Concernant l'édition, j’ai lu ce livre sous format numérique et il n’y avait pas de"renvoi" aux renvois (il m’a fallu attendre d’arriver à la fin du livre pour les lire), ce qui m’a fait un peu (beaucoup) pester au début mais plus du tout quand j’ai vu qu’ils m’auraient spoilée ! De plus, il reste plusieurs coquilles et fautes de conjugaison.
 Je pense que je lirai la suite, même si j’aurais préféré qu’elle porte sur le frère aîné dont le changement de caractère après son retour de la campagne militaire de 1412 m’intrigue beaucoup ! Malgré mes quelques réserves, ce livre restera une très jolie découverte…

Je remercie Livraddict et les éditions Lune-Ecarlate pour ce partenariat. !

Mes autres avis sur la saga : tome 1 ♦ tome 2 ♦ tome 3 ♦
Installée depuis de nombreuses années dans le Berry, Eve Terrellon a d'abord exercé dans le cadre de l'insertion professionnelle avant de créer sa petite entreprise de gardiennage d'animaux. Elle se consacre aujourd'hui pleinement à l'écriture.
En 2013, La Colline de l’oubli, romance traitant de la transsexualité dans un contexte de western historique, et La Petite Fée de Noël, romance plus légère mâtinée de paranormal et de fantasy voient le jour.
La Dame du Vallon Perdu d'Eve Terrellon - Les Dames de Riprole, tome 1
http://www.livraddict.com/biblio/livre/l-enchanteur-1.html
 babelio
https://booknode.com/l_enchanteur_015479

mercredi 12 octobre 2016

Volontaires pour l'inconnu de Philippe Ebly - Les Evadés du temps, tome3

Volontaires pour l'inconnu de Philippe Ebly - Les Evadés du temps, tome 3
Auteur > Philippe Ebly
Editeur > Hachette
Collection > Bibliothèque verte
Série > Les Évadés du temps, tome 3
Genre > Science-fiction, jeunesse
Date de parution > 1980
Nombre de pages > 184
Illustrations > Yvon Le Gall

"C'était à Tours, à deux pas du quai d'Orléans, dans l'ancien archevêché du XVIIIè siècle transformé en musée - un musée vaste et riche, avec de très belles collections."
« On ne bouge plus, dit Noïm. On reste ici, même s'il faut passer la nuit dans la rue...»
Noïm et Didier sont devant une habitation modeste, dans le quartier pauvre de Thèbes-aux-Cent-Portes, et, à première vue, rien ne distingue cette maison de celles qui l'entourent.
Les deux garçons ont accepté de plonger dans le passé pour retrouver une lampe aux pouvoirs mystérieux et leur long voyage les a conduits dans l'Egypte ancienne.
«Je suis sûr que la lampe est ici», dit encore Noïm.
Mais l'obscurité descend sur la ville, la rue est déserte à présent et le silence paraît lourd de mena-ces.
D'une minute à l'autre la porte de la maison va s'ouvrir...« ON ne bouge plus, dit Noïm. On reste ici, même s'il faut passer la nuit dans la rue...»
Noïm et Didier sont devant une habitation modeste, dans le quartier pauvre de Thèbes-aux-Cent-Portes, et, à première vue, rien ne distingue cette maison de celles qui l'entourent.
Les deux garçons ont accepté de plonger dans le passé pour retrouver une lampe aux pouvoirs mystérieux et leur long voyage les a conduits dans l'Egypte ancienne.
«Je suis sûr que la lampe est ici», dit encore Noïm.
Mais l'obscurité descend sur la ville, la rue est déserte à présent et le silence paraît lourd de mena-ces.
D'une minute à l'autre la porte de la maison va s'ouvrir…
Volontaires pour l'inconnu est le 3è tome de la série "Les évadés du temps" de Philippe Ebly. Il n'est pas indispensable d'avoir lu les deux premiers pour comprendre cette suite (d'ailleurs, je ne les ai moi-même pas lus), d'autant que l'auteur présente les héros en avant-propos : Thierry et Didier sont deux adolescents de seize et dix-sept ans, débrouillards et curieux. Ils rencontrent Kouroun, un autre humain prisonnier d'un monde parallèle qu'ils ramènent avec eux dans leur monde ; Kouroun, animé d'un esprit aventureux, est souple et robuste. Noïm, quant à lui, est une créature magique dotée de pouvoirs surnaturels ; sosie de Didier, il a la voix de Thierry et la souplesse de Kouroun.

Pour ceux qui connaissent l'autre série de Philippe Ebly, ces quatre personnages possèdent des traits de caractères relativement proches des "Conquérants de l'impossible".
Dans ce tome, alors que nos aventuriers visitent un musée de province à Tours, Noïm propose à ses compagnons de rester après la fermeture afin de répondre à l'invitation d'un esprit contenu dans une antique lampe à huile, en grès noir comme l'ébène. Ils se retrouvent transportés durant leur sommeil dans l'Egypte ancienne.
Séparés de Thierry et Kouroun, Noïm et Didier tombent sur Ptahmosé, un médecin des quartiers pauvres de Thèbes, victime d'un malaise. Témoins de la scène, ils aident le fils du médecin, Nekhti, à transporter le vieil homme chez lui où on leur propose l'hébergement pour la nuit. Le lendemain, la poterie noire contenant le remède pour soigner la jeune Neferouri, la fille du pécheur dont est amoureux Nekhti
, est brisée accidentellement par Taïa, la servante de Ptahmosé. Pour reconstituer l'antidote, il faut se rendre dans le désert à la recherche de la poudre de Memsou qui ne peut se conserver que dans une lampe de Thot sans défaut. La mission s'avère très dangereuse.

Avec ce roman, on s'embarque pour une grande aventure temporelle, ce qui ne pouvait que m'intéresser, d'autant que le récit se déroule au temps des pharaons, kif suprême ! Je ne sais pas pourquoi, mais ce livre m'a fait penser à Sinouhé l'Egyptien de Mika Waltari. Pourtant, les personnages égyptiens ne portent pas les mêmes noms mais je pense que c'est le fait que Ptahmosé exerce la médecine dans le quartier pauvre de Thèbes, ainsi que la façon de s'exprimer de la vieille servante qui me rappelait Kaptah ou les remarques de Nekti à propos des paroles de Taïa qui «[l]'importunent car elles font autant de bruit que mille guêpes à [ses] oreilles.» (page 61). En tout cas, le talent de conteur de Philippe Ebly a encore frappé car je me suis sentie complètement immergée à cette époque. C'est un roman sensoriel où on a l'impression de humer l'odeur de vase du Nil, de voir s'envoler les canards sauvages à ses rives, de palper les étoffes de lin, de sentir la brûlure du soleil sur sa peau...
Il y a en outre une touche de fantastique, en dehors de Kouroun, avec la traversée d'un tombeau royal et les statuettes ramenées à la vie...
Bref, Volontaires pour l'inconnu est une histoire captivante, aussi envoûtante que cette mystérieuse Egypte ancienne avec ses dieux, sa magie et ses lois...

Appréciation :

(source : éditions degliame)
Philippe Ebly

Philippe Ébly est né à Paris vers 1920, et est de nationalité belge. Cet ingénieur a commencé à écrire des livres pour la jeunesse en 1971 à travers trois séries : Les Conquérants de l’Impossible (1971-1986), Les Évadés du Temps (1977-1988), et Les Patrouilleurs de l’an 4003. Il a connu un très grand succès de librairie en France (plus d’un million d’exemplaires vendus en 1994 pour les Conquérants de l’Impossible ) et à l’étranger (traductions en allemand, espagnol, japonais, turc, indonésien, arabe et chinois). S’il a décidé d’écrire de la science-fiction, «c’est que tout récit de ce genre est nécessairement un mélange de réel et d’imaginaire et permet donc, tout en racontant une histoire accessible à des enfants et stimulante pour l’imagination, de leur apporter des éléments de connaissance et une idée de ce qui sera peut-être possible dans dix ou vingt ans.»
Philippe Ebly s'est éteint le 1er mars 2014 en Belgique.
Challenge "Virée littéraire européenne" organisé par BouQuiNeTTe  
Ma 1è participation à la 3è édition du challenge de BouQuiNeTTe - séjour en Belgique
Meurtres sur le Palatin de Cristina Rodríguez - Une enquête de Kaeso le prétorien, tome 2
Challenge organisé par ZinaLicorne - thème 2 : un livre de sa PAL
Challenge "ABC 2016 - Littératures de l'imaginaire..." de Mariejuliet
Ma 11ème participation au challenge de Mariejuliet.
Challenge "Voyage dans l'Egypte antique" proposé par Soukee
 Ma 13ème participation au challenge de Soukee -
Logo Livraddictbabelio

https://booknode.com/l_enchanteur_015479

mardi 11 octobre 2016

Fatum, les lauriers sont coupés de Nicole Voilhes

 Fatum, les lauriers sont coupés de Nicole Voilhes
Merci à
Masse critique
et à
In Octavo
pour ce partenariat !
Auteur > Nicole Voilhes
Editeur > In Octavo
Collection > Le Rayon vert
Genre > roman historique
Date de parution > 2016
Nombre de pages > 279
"Je devrais revenir au logis familial."
À la fin de la première guerre punique, les Romains s’emparent de la Sicile et considèrent les Siciliens qui ne les ont pas combattus comme des vaincus.
Daphné, une Sicilienne d’origine gréco-carthaginoise, hait ces envahisseurs responsables des nombreux malheurs qu’elle subit.
Mais, «FATUM », le destin va lui prouver que chaque être lui est soumis en mettant sur sa route un séduisant tribun né à Rome.
Brûlante et désespérée, une histoire d’amour éclot au sein d’un conflit que l’on considère comme la première guerre de cent ans de l’humanité.
En ce moment, j'ai vraiment des lectures en dent de scie avec les romans historique mais je n'ai pas pu résister au thème de ce livre qui faisait parti de la Masse critique du 14 septembre dernier. Que voulez-vous, dès que je vois un Romain ou un Grec en jupette, je craque. En plus, la quatrième de couverture évoquait la guerre punique, que je n'avais encore jamais vu traitée dans une fiction, aussi étais-je grandement intriguée par ce roman. Hélas, si le début a pu faire illusion un temps, je dois avouer que la déception l'a finalement emporté.

Je n'ai jamais ressenti la passion censée brûler Daphné la Sicilienne et Lucius le Romain, vendue par la quatrième de couverture. Ni les malheurs frappant l'héroïne, à part au début de l'histoire. Il faut dire que le récit est rapporté à la première personne (procédé dont je ne suis d'ailleurs pas friande, ce qui a dû jouer un peu dans mon ressenti mais pas seulement). Malheureusement, je me suis progressivement désintéressée de la destinée de ce couple fade. J'ai trouvé en effet que les personnages manquaient terriblement de relief, de chair, de passion. Je me suis sentie complètement détachée de leur histoire, aussi détachée que les personnages eux-mêmes quand ils racontaient leurs malheurs. Car l'auteure utilise les dialogues pour faire débattre les protagonistes sur la situation géo-politique du monde antique, les détails de la vie quotidienne, leurs croyances, leurs réflexions, leurs souvenirs,  (...) en de loooongs monologues ressemblant plus à l'exposé d'un cours d'histoire qu'à un roman. Ce  procédé, très maladroit et artificiel, devient vraiment lourd à la longue et a fait naître chez moi un ennui de plus en plus profond. C'était tellement lassant que la majorité des informations passe par les dialogues (et des dialogues aussi longs qu'un jour sans pain) que j'en venais à lire mécaniquement ! En plus, je n'ai pas du tout été convaincue par les révélations concernant Daphné ou les détails (inutilement) sordides révélés par l'histoire personnelle de Lucius, tant ils sont mal intégrés au récit et sonnent faux.

Ajoutez à cela que l'intrigue fourmille d'inexactitudes historiques, malgré l'impression de documentation. Par exemple (et comme souvent), le principe des tria nomina n'est pas du tout respecté et les mentalités de l'époque où est censée se dérouler l'histoire sont calquées sur les nôtres rendant certaines réflexions ou décisions des protagonistes totalement inappropriées, anachroniques et impensables pour un Romain. Certains actes, ou certains modes de pensée, qui nous paraissent naturels, seraient perçus comme un déshonneur ou une infamie par les Romains (par exemple l'esclavage de Lucius vaincu à une bataille, les considérations sexuelles, ...).

Pour conclure, la  lecture de ce roman n'a provoqué aucune surprise chez moi, ni aucune émotion, à peine un intérêt poli. Les procédés narratifs pour amener les informations et les révélations apparaissaient artificiels, d'autant que certains épisodes sont traités de manière expéditive et un peu trop opportunément. J'attendais un roman historique vraiment fouillé, et si certains faits sont exacts, d'autres sujets sont traités maladroitement et ne correspondent pas à la mentalité ou au fonctionnement de l'époque. Je n'ai pas non plus adhéré à l'écriture qui utilisait les dialogues pour nous donner la majorité des informations sur les détails de la vie quotidienne, les événements politiques ou les souvenirs des héros, enlevant de ce fait  toute tension dramatique au récit, en plus de nous donner l'impression que les héros n'étaient pas eux-mêmes concernés par ce qu'il leur arrivait.  Et pour finir, Carthage n'apparaît qu'en filigrane...
Bref, comme vous le constatez, je suis passée à côté du roman !

En tout cas, je remercie Nathalie des éditions In Octavo ainsi que Babelio pour ce partenariat !

Appréciation :  


(sources : éditions In Octavo)

 Professeur de lettres, Nicole Voilhes, romancière et biographe, est également une voyageuse infatigable, parcourant la planète par pure passion à la rencontre d'autres peuples et d'autres cultures.
Voilà dix ans déjà qu'elle construit une œuvre emplie de portraits, d’aventures et d’aventurières, d’amour et d’amoureuses pour le plus grand plaisir d’un nombre croissant de lectrices et de lecteurs.
Qu’elle fasse revivre la dernière muse de Ronsard ou qu’elle raconte les péripéties de Marie de Beaudry, la belle espionne du Roi Soleil, sa plume excelle à donner vie et chair à l’Histoire, grande ou petite, comme dans cette saisissante évocation de Moutnedjenet, Grande Épouse royale.

Nicole VOILHES s'est vue remettre pour l'ensemble de sa tétralogie : Le 26 août 2012, le Laurier Vert de la Forêt des Livres - Prix 2012 des Indépendants des mains de Monsieur Gonzague Saint-Bris et le 16 septembre 2012, le Prix Littéraire de la ville de Rambouillet 2012 de celles de Monsieur Gérard Larcher.

À découvrir le site de Nicole VOILHES
www.nicolevoilhes.com
La pourpre et l'or - Murena T1 - de Dufaux et Delaby
Ce billet est ma 23è participation au challenge de Soukee.
Challenge "L'Odyssée grecque"
Challenge "L'Odyssée grecque" : 17/100
Challenge Histoire
Ma 66ème participation au challenge de Lynnae - l'héroïne rencontre Caius Lutatius Catulus
In Octavo
babelio
Logo Livraddict

mardi 4 octobre 2016

Si c'était demain de Sidney Sheldon

Si c'était demain de Sidney Sheldon
Auteur > Sidney Sheldon
Editeur > France Loisirs
Genre > contemporain, aventures
Date de parution > 1985 pour l'édition originale, 1988 pour la présente édition
Titre original > If tomorrow comes...
Nombre de pages > 450
Traduction > de l'anglais (USA)  par Claude Seban
"Elle se dévêtit lentement, rêveusement, puis, une fois nue, choisit un déshabillé rouge vif."
A vingt-cinq ans, l'avenir sourit à Tracy Whitney. Elle est jeune, belle, idéaliste. Son métier la passionne et elle vient de se fiancer à, l'homme qu'elle aime, héritier d'une des plus anciennes et plus riches familles de Philadelphie.
Il suffit d'une nuit pour que cet univers bascule et qu'un matin les portes d'un pénitencier se referment sur Tracy, prise dans un engrenage implacable. Les circonstances font qu'elle n'y passera que quelques mois. A peine sortie, elle veut se venger de ceux qui ont détruit sa vie.  Tracy se lance dans une série de «coups » éblouissants. Avec l'élégance et l'insolence d'un Arsène Lupin au féminin, de La Nouvelle-Orléans à Paris, de Londres à Amsterdam, elle déleste les milliardaires de leurs bijoux et les musées de leurs tableaux, Interpol à ses trousses. Mais un jour elle rencontre son égal, Jeff Stevens, aussi séduisant, aussi doué, aussi recherché qu'elle...
Adolescente, j'adorais cette mini-série américaine, je l'ai d'ailleurs visionnée plusieurs fois à chacune de ses rediffusions tant les aventures de ces deux gentlemen-cambrioleurs qui aiment se tirer la bourre étaient plaisantes à suivre... L'actrice jouant le rôle de Tracy était bien charmante, et Tom Beranger juste Oh là là... Je ne savais pas du tout que le téléfilm était adapté d'un roman, aussi quand je l'ai découvert il y a peu, je me suis dit que le livre serait parfait pour le thème de septembre du challenge Un genre par mois...

Bref, j'espérais retrouver le même plaisir que pour le téléfilm mais je dois dire que, même si la lecture a été fort agréable et rapide, j'en ressors un peu mitigée. L'histoire est indéniablement efficace mais l'écriture aurait été  plus adaptée pour un scenario. En effet, tout s'enchaîne trop rapidement si bien que l'intrigue semble par moment assez invraisemblable. En outre, l'héroïne fait preuve d'une naïveté confondante, surtout avec son avocat commis d'office, et sa condamnation est vraiment stupéfiante (on ne peut s'empêcher de se demander si cela peut réellement survenir, même aux Etats-Unis !^^)...

Par contre, j'ai adoré la partie se déroulant en prison même si la peinture que fait l'auteur sur les conditions de détention et les codes qui régissent les relations entre les prisonnières est véritablement glaçante. Le personnage d'Ernestine est beaucoup plus ambivalent que dans le téléfilm.

 De plus, les astuces employées par nos adorable voleurs pour délester les quidam de leur argent sont vraiment très bien trouvées, bien qu'un peu trop faciles parfois mais, comme je le répète, cela passe mieux sous le format télévisuel que papier.

Pour conclure, une intrigue efficace et haletante, mais qui aurait été mieux adaptée à un scenario qu'à un roman, donnant parfois un sentiment de manque de profondeur. Les deux héros sont très attachants, et on ne peut rester insensible aux drames et profondes déceptions qui jalonnent leur vie, mais on aurait aimé que l'auteur développe davantage les aléas de leur vie.

Appréciation :
(sources : Babelio)

Sidney SheldonNé en 1917 à Chicago, Sidney Sheldon est un romancier, scénariste, producteur, réalisateur et acteur américain.
Son nom est inconnu pour les européens, et pourtant Sidney Sheldon a marqué le petit écran avec Pour l'amour du risque, série kitsch des années 1980. Outre cette étiquette un peu paillettes, il est avant tout un écrivain reconnu et respectable. Avant d'écrire des romans, Sidney Sheldon va suivre un drôle de parcours : retoucheur de séries B dans les années 30, pilote durant la second guerre mondiale, il se met à l'écriture de scénarios et vend son tout premier à Hollywood alors qu'il est à peine âgé de 17 ans. Son talent est récompensé par un Oscar en 1948 pour le film Deux soeurs vivaient en paix, dans lequel le beau Cary Grant donne la réplique à la sage Myrna Loy et à la jeune Shirley Temple. On retrouve aussi son nom sur les affiches de Broadway où ses pièces sont jouées. Mais il cartonne surtout dans les foyers américains avec des sitcoms. Il réalise tout de même quelques films dont La Femme rêvée et The Buster Keaton Story, qui lui vaudront un Tony et un Emmy Award. Il écrit encore le scénario de Easter Parade, avec Fred Astaire et Judy Garland. Ce n'est qu'en 1969 qu'il se lance vraiment dans l'écriture avec un premier roman policier, The Naked Face qui remporte le prix Edgar Allan Poe. Suivent d'autres best-sellers aux intrigues palpitantes comme Crime en direct, Un plan infaillible ou Le Maître du jeu. De 1979 à 1984, il contribue au succès de la très clinquante série Pour l'amour du risque. Jusqu'en 2004, l'auteur à l'imagination débordante publie. Gratifié en 1999 par son portrait sur les timbres dans la collection Les plus grands auteurs du XXe siècle, il écrit ses mémoires dans The Other Side of Me en 2005. Atteint d'une pneumonie, il s'éteint en 2007.


Challenge organisé par Iluze (9/12)

Logo Livraddictbabelio