jeudi 25 avril 2013

Mississippi Burning d'Alan Parker

Mississippi burning d'Alan Parker

 

sinopsis

Mississippi, été 1964. Trois jeunes militants des droits civiques, un Noir et deux Blancs, venus établir un centre d'inscription électoral pour les Noirs, disparaissent mystérieusement. Deux agents du FBI, Rupert Anderson, un homme du Sud, souple, avisé et rompu aux méthodes de terrain, et Alan Ward, un yankee cassant et intransigeant, sont chargés de l'enquête. Les méthodes de Ward suscitent de vives réactions de la part du Ku Klux Klan, dont la responsabilité dans l'affaire des disparus ne fait bientôt plus l'ombre d'un doute. La violence éclate. Explosions et incendies défient la loi et ses représentants. Anderson décide de réagir avant qu'il ne soit trop tard...

avis personnel

 Alan Parker nous offre ici un film âpre et violent, qui est également un plaidoyer sans concession contre le racisme et les discriminations.

Nous découvrons cette Amérique profonde à travers les yeux de deux agents du F.B.I. : Alan Ward (Willem Dafoe), le patron, jeune mais expérimenté, Nordiste engagé et intègre, et Rupert Anderson (Gene Hackman), un vieux briscard natif du Mississippi. Leurs méthodes pour résoudre cette affaire s'opposent diamétralement et le jeune n'éprouve que méfiance envers ce vieux sudiste qui ne semble guère indigné par les traditions réactionnaires de cette petite ville du Mississippi.
Ces deux flics symbolisent les différences culturelles et idéologiques entre le Nord et le Sud, qui vont être mises en évidence tout au long du film.
En effet, le racisme est banalisé dans cet état du sud, accepté même par une population blanche qui cherche des boucs-émissaires à sa propre pauvreté, humiliée de se trouver au même niveau que les Noirs pour certains. L'histoire que raconte Anderson à Ward sur la mule de son père est à cet égard édifiante. "Si tu es moins qu'un Noir, tu es moins que rien."
C'est par le biais du personnage joué par Gene Hackman que le réalisateur nous fournit les codes pour comprendre à quel point la ségrégation est ancrée dans les mentalités, à quel point  la situation de haine raciale et les enjeux politiques créent des conditions propices aux troubles et aux dérapages.
Mais le jeune flic, malgré les mises en garde d'Anderson, enchaîne les maladresses - en posant les mauvaises questions, en faisant venir l'armée - qui sont vues comme autant de provocations par les notables WASP (soupçonnés d'appartenir au Ku Klux Klan), ce qui a pour effet d'entraîner une surenchère dans la violence et les brimades à l'encontre de la population noire !
A chaque tentative de Ward pour retrouver les coupables, à chaque avancée de son enquête, le KKK réplique par des intimidations ou des brimades sur les Noirs (incendies de leurs maisons ou de leur église, passages à tabac, lynchage même).
Ces scènes sont insoutenables, déjà visuellement, mais aussi intellectuellement. Pourtant, à aucun moment, le réalisateur ne verse dans la violence gratuite. Mais on prend de plein fouet ce climat de terreur, d'intimidations et d'humiliations qui sont le quotidien des Noirs.
Le pire dans l'histoire, c'est que le Misssissippi forme un état dans l'état : la justice locale est corrompue, au même titre que la police, rendant des verdicts de complaisance à l'encontre des incendiaires arrêtés par le F.B.I., qui avait enfin réussi à vaincre la loi du silence. Loin de décourager Ward, cette mascarade de procès lui fait prendre conscience qu'il va devoir déplacer l'enquête sur le terrain de la justice fédérale en s'appuyant sur la violation des droits civiques.
C'est également à cette occasion qu'il va se rendre compte qu'Anderson est dans son camp et accepter d'utiliser ses méthodes...

Certains pourraient reprocher au film un certain manichéisme : les agents du FBI tenant le rôle des gentils et les Mississipiens celui des méchants. Mais le réalisateur se montre plus subtil qu'il n'y paraît de prime abord, procédant petites touches par petites touches.
Il alterne les scènes de l'enquête avec celles montrant les gens du cru interviewés  par les journalistes attirés par l'affaire. On y trouve les clichés les plus éculés : "Les Noirs, c'est sale et ça pue !" comme des propos plus nuancés ! "La situation est injuste pour les Noirs ."
On assiste également à des meetings sentant le KKK où des familles entières, enfants compris, s'abreuvent de paroles d'intolérance et ouvertement racistes.
Mais on a aussi le personnage de Mrs Peel, la femme du shérif-adjoint, joué par la merveilleuse actrice Frances McDormand. On se demande comment une femme aussi belle, douce et intelligente, ne nourrissant aucune haine envers les Noirs, peut bien couvrir les agissements racistes de son mari. Mais dans le sud, c'est ainsi, la femme obéit à son mari, car le poids des traditions, même passéistes, est plus fort que le sentiment d'injustice.
"Les gens ne naissent pas mauvais, ils le deviennent ! " dit Mrs Peel à Anderson. Puis elle continue plus loin :"On ne naît pas avec la haine, on l'apprend. A l'école, on apprend que la ségrégation fait parti de la Bible. Genèse 9, Verset 27. A sept ans, on croit ce que l'on nous raconte à longueur de temps. La haine, on y croit, on vit avec, on la respire... On se marie avec."

Mississippi Burning est un film coup-de-poing, bouleversant et oppressant, qui nous marque profondément.
Tous les acteurs sont magistraux, habités par leur rôle, qu'il soit secondaire comme principal.

Le seul regret finalement, même s'il donne lieu à des scènes jouissives, c'est que l'on ne peut répondre à la violence que par la violence : les deux fédéraux sont finalement obligés d'utiliser les mêmes méthodes que le KKK pour faire boucler les criminels...

Pour terminer , le film est tiré de faits réels : cela se passait en 1964, Mississippi, Etats-Unis d'Amérique mais c'est un film intemporel, qui nous interpelle et nous fait prendre conscience que nous sommes tous responsables de ce qui se passe chez nous... ou de ce qui pourrait s'y passer.
Je laisse le mot de la fin à Alan Ward : "On n’est pas innocent quand on voit ces horreurs et qu’on fait comme si de rien n’était. Non, il était coupable lui aussi, tout autant que les fanatiques qui ont pressé la détente. Peut-être qu’on l’est tous…"

Et c'est cela qui est terrible. Peut-être qu'on l'est tous...

Appréciation :

note : 5 sur 5

Fiche détaillée

 Réalisateur > Alan Parker
Scénaristes > Chris Gerolmo
Musique > Trevor Jones
Photographie > Peter Biziou
Montage > Gerry Hambling
Décors > Philip Harrison et Geoffrey Kirkland
Production > Frederick Zollo & Robert Colesberry
Société de production > Orion Pictures
Genre > drame
Sortie > 1988
Durée > 128 minutes
Pays d'origine > Etats Unis

Acteurs principaux :
Gene Hackman > Rupert Anderson
Willem Dafoe > Alan Ward
Frances McDormand > Mrs Pell
Brad Dourif > le shérif-adjoint Pell
R. Lee Ermey > le maire Tilman
Gailard Sartain > le shérif Stuckey
Stephen Tobolowsky > Clayton Townley
Michael Rooker > Frank Bailey

bande annonce

 

récompense

Oscar 1989 :
Meilleure photographie

 National Board of Review Awards 1989 :
Meilleur film
Meilleur réalisateur
Meilleur acteur > Gene Hackman
Meilleure actrice dans un second rôle > Frances McDormand

British Society of Cinematographers 1989 :
Meilleure photographie

Berlinale 1989 :
Ours d'argent du meilleur acteur > Gene Hackman

British Academy Film 1990 :
Award de la meilleure photographie
  Award du meilleur montage > Gerry Hambling
 Award du meilleur son > Bill Phillips, Danny Michael, Robert J. Litt, Elliot Tyson, Rick Klinedivers

Challenge "50 états 50 billets" organisé par Sofynet

Ma 3ème participation au challenge de Sofynet - nuitée à Jessup County, comté fictif du Mississippi

 

dimanche 21 avril 2013

Serial Noceurs de David Dobkin

Serial Noceurs de David Dobkin

sinopsis

John et Jeremy adorent s'inviter aux mariages de parfaits inconnus, profiter de la table, du bar et des jeunes filles qui sont toujours plus romantiques ces jours-là. Leurs méthodes sont infaillibles et leur palmarès impressionnant.
Lorsqu'ils apprennent que la fille de William Cleary, un haut fonctionnaire, va se marier, l'occasion est trop belle. Cette incruste-là sera leur chef-d'oeuvre, l'éclate totale au milieu du gratin à qui ils vont encore raconter n'importe quoi.
Pourtant, cette fois, les choses dérapent...

avis personnel

Je ne suis habituellement pas fan des films à l'humour régressif mais là, je dois dire que les situations trash et burlesques ont emporté mon adhésion ! Il faut dire que les deux acteurs principaux forment un duo explosif d'un cynisme confondant, entourés de seconds rôles encore plus déjantés... !

Les 20 premières minutes nous offrent une séquence, montée à la façon d'un clip, très rythmée et dynamique, où les deux célibataires s'en donnent à coeur joie et où l'on découvre leurs méthodes très peu conventionnelles pour emballer les demoiselles ! Pas moins de dix mariages s'enchaînent, tous différents, que ce soit par la nationalité des familles ou leur religion, et où les deux compères nous montrent l'étendue de leur talent d'improvisation !

Puis, le film se focalise sur un mariage mais quel mariage ! celui de la fille aînée d'un ancien ministre républicain... Les deux joyeux lurons s'intégrent tellement bien qu'ils sont invités par la famille à la suivre dans sa résidence secondaire.
Et là, tout se complique....
En effet, ils doivent faire face aux membres de cette famille tous plus cinglés les uns que les autres : la fille cadette est une hystéro-nymphomane, la mère une alcoolo-nymphomane accro à la chirurgie esthétique, le fils un artiste incompris mais gay pas du tout refoulé, le futur gendre a la virilité ultra agressive, la grand-mère écume de méchanceté... Bref, un séjour fort éprouvant s'annonce et va voir se refermer sur eux leur propre piège !

Dommage que la fin soit assez convenue eu égard à l'anti-conformisme du début, mais bon, c'est une comédie sentimentale !

Appréciation :

note : 4 sur 5

Fiche détaillée

Titre original > Wedding Crashers
Réalisateur
> David Dobkin
Scénaristes > Steve Faber & Bob Fisher
Musique > Rolfe Kent
Photographie > Julio Macat
Montage > Mark Livolsi
Décors > Barry Robison
Costumes > Denise Wingate
Société de production > New Line Cinema
Genre > comédie sentimentale
Sortie > 2005
Durée > 119 minutes
Pays d'origine > Etats Unis

Acteurs principaux :
Owen Wilson > John Beckwith
Vince Vaughn > Jeremy Grey
Christopher Walken > William Cleary
Rachel McAdams > Claire Cleary
Jane Seymour > Kathleen Cleary
Will Ferrell > Chazz Reinhold

bande annonce

 
SERIAL NOCEURS - Bande-annonce VF par CoteCine

divers

Challenge "50 états 50 billets" organisé par Sofynet

Ma 2ème participation au challenge de Sofynet - nuitée dans le Washington DC, un des lieux de tournage du film.

lundi 15 avril 2013

Challenge "Relisons les Rougon-Macquart" organisé par Lili Galipette, George & MissBouquinaix

Etant fan inconditionnelle de Zola, je ne pouvais passer à côté d'un tel challenge... surtout qu'il y a quelques années, je m'étais arrêtée à la moitié du cycle !!

Voici donc le challenge proposé par Lili Galipette, George & MissBouquinaix :

Challenge "Relisons les Rougon-Macquart" organisé par Galipette, George & MissBouquinaix

Challenge "Relisons les Rougon-Macquart" organisé par Galipette, George & MissBouquinaix

La Fortune des Rougon
La Curée
Le Ventre de Paris

vendredi 12 avril 2013

Challenge "Voyage dans l'Egypte antique" proposé par Soukee [réussi]

Comprenez-moi, je ne pouvais pas ignorer ce nouveau voyage dans le temps proposé par Soukee alors que je possède de nombreux livres sur le sujet, sujet qui me passionne en outre :

Challenge "Voyage dans l'Egypte antique" proposé par Soukee

L'idée est très simple : se plonger ensemble dans l'antiquité égyptienne, soit avec des livres qui se déroulent à cette époque (l'antiquité égyptienne se déroulant de -3510 à -31) soit avec des livres qui font référence à cette période (vestiges, expéditions scientifiques, archéologiques, etc.)

En bref, toute fiction (roman, nouvelle, BD, contes...) qui se déroule dans l'antiquité égyptienne ou à une autre époque mais qui y fait référence entre dans le cadre de ce challenge ! 

 Modalités

  • Les inscriptions se font en commentaire sur le blog.
  • A chaque lecture faite dans le cadre du challenge, apposez le logo ci-dessus et mettez un lien vers cette page.
  • Ce challenge sera sans limite de temps !
  •  Pour pimenter un peu, 3 niveaux de lecture sont proposés :

*Niveau Momie : lire au moins 2 livres

*Niveau Ibis : lire  au moins 5 livres

*Niveau Pharaon : 10 livres voire plus !

 

mes participations

Je m'inscris au niveau Pharaon, vu la pile de livres qui m'attend... (14/10)

 ♦ Le tombeau de Saqqarah de Pauline Gedge (roman) ♦
Khaemouaset ou la loi de Maât - Sur les terres d'Horus, tome 1 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
Meresankh ou le choix de Seth - Sur les terres d'Horus, tome 2 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
Tiasatré ou le jugement d'Anubis - Sur les terres d'Horus, tome 3 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
Nakhtamon ou la colère de Sekhmet - Sur les terres d'Horus, tome 4 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
Kheti ou l'amour de Ninmah - Sur les terres d'Horus, tome 5 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
Hori ou le courroux d'Istar - Sur les terres d'Horus, tome 6 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
Neferhor ou la quête d'Isis - Sur les terres d'Horus, tome 7 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
♦ Imeni ou la résurrection d'Osiris - Sur les terres d'Horus, tome 8 (BD) d'Isabelle Dethan ♦
♦ Sinouhé l'Egyptien de Mika Waltari ♦
L'affaire Toutankhamon de Christian Jacq ♦
♦ La momie d'Anne Rice ♦
♦ Volontaires pour l'inconnu de Philippe Ebly - Les Evadés du temps, tome 3 ♦
Le manuscrit d'Aristarque de Christophe Chaffardon ♦

à venir...

Essais :
La Femme au temps des pharaons de Christiane Desroches Noblecourt
Isis ou à la recherche de l'Egypte ensevelie de Pierre Montet
Histoire des femmes en Occident, tome 1 : l'Antiquité
Les secrets d'Hator : amour, sexualité et érotisme dans l'Egypte pharaonique de Ruth Schumann Antelme
Affaires et scandales sous les Ramsès de Pascal Vernus
Au coeur de l'Egypte ancienne
La reine mystérieuse Hatshepsout de Christiane Desroches Noblecourt
Le livre de la sagesse de Joann Fletcher
La vie quotidienne dans la place de vérité de Christian Jacq
Les Egyptiennes de de Christian Jacq
Toutankhamon l'ultime de Christian Jacq
Les momies de Pierre Ange Leca
Déchiffrer les hiéroglyphes de Bridget McDermott
La vengeance des pharaons de Yves Naud
Pharaons et reines d'Egypte de Philippe Valode

Romans :
Le roman de la momie de Théophile Gautier
La dame du Nil de Pauline Gedge
Les enfants du soleil de Pauline Gedge
Le scorpion du Nil de Pauline Gedge
La vengeance du scorpion de Pauline Gedge
Les chevaux du fleuve de Pauline Gedge
L'oasis de Pauline Gedge
La route d'Horus de Pauline Gedge
Nefer le silencieux de Christian Jacq
L'empire des ténèbres de Christian Jacq
L'épée flamboyante de Christian Jacq
La reine soleil de Christian Jacq
Nitocris, la dame de Memphis de Pierre Montlaur